jeudi 8 décembre 2016

Des troubles de la mémoire...

On considère bien souvent qu'un oubli est une simple chute d'un souvenir dans un puit sans fond... Bien au contraire, nous en a averti Freud, c'est un mouvement dynamique qui s'y trouve à l'oeuvre. Il s'agit de vouloir "ne pas " se souvenir. Il s'agit d'un mouvement défensif face à un réseau de signifiants.

Prenons l'exemple que Freud trouve dans sa propre vie . Cet exemple est issu de son ouvrage Psychopathologie de la vie quotidienne, il y décortique différents aspects de son oubli du nom: Signorelli.

Au moment où se produit cet oubli, Freud se trouve dans un train en direction de la Bosnie Herzégovine. Il y converse avec un autre voyageur. Voulant lui parler des célèbres fresques du Jugement dernier d'Orvieto, qui traitent de la mort, le nom du peintre qui l'a réalisée est oublié par lui.

Son interlocuteur l'instant d'avant avait évoqué dans leur échange , combien pour un homme qu'il a rencontré en Europe de l'est, la vie ne vaut plus la peine d'être vécue quand ça n'y est plus: ça, c'est la vie sexuelle et l'un de ces bosniaques dont l'interlocuteur de Freud parle, dès lors que "ça" n'était plus là, ne désirait plus vivre.

Freud constate qu'une découpe se produit à partir des syllables qui lui reviennent alors qu'il est à la recherche de ce nom oublié. Ce sont des sons qui s'articulent dans cet oubli et qui évoquent pour lui d'autres choses: Botticelli, et Boltraffio(Traffoi). Dès lors les raisons pour laquelle sa mémoire lui a interdit d'accès ce mot, surgissent. Par exemple "Signor" de Signorelli" qui renvoie au "Herr" employé par le bosniaque qu'évoque son interlocuteur du train dans son témoignage d'un patient qui assurait à son médecin que "herr, ...s'il était possible de sauver le malade tu le sauverais" qui renvoie aussi à Herzegovine, à Herr du seigneur , maitre absolu du jugement dernier.

Ses propres associations, permettent à Freud de réaliser combien ce témoignage le ramenait à une affaire récente où, en tant que médecin, il n'avait pas traité le problème de santé d'un patient , suicidé car il était devenu impuissant, ce qu'il a appris à Traffoi (Boltraffio), d'où il revient.

Par ailleurs , il reconnait dans ce texte n'avoir pas voulu auprès d'un inconnu, dans ce train, évoquer ce qu'alors il découvrait: l'étiologie sexuelle des névroses. Face à tout cela nous dit il , surgit l'impossibilité à rememorer ce nom, Signorelli.

Bien trop souvent les troubles de la mémoire sont négligés alors qu'ils nous parlent de mouvements inconscient de ce "je " qui veut parler il y a ratage. Quand Jacques Lacan reprend ce texte de Freud, il soutient qu'il y a échec d'une métaphorisation. En rend compte la façon dont l'imaginaire s'impose à l'esprit de Freud: tandis qu'il cherche le nom de Signorelli, la fresque s'impose à lui visuellement. C'est le mécanisme de la métaphore initiée pour tous par le jeu de la métaphore paternelle qui institue la mise en marche des mouvements signifiants de la langue qui ici se trouve arretée. En témoigne la syllabe SIG, soit une partie de son nom propre, les autres syllabes apparaissant dans tous les noms qui viennent à l'esprit de Sigmund Freud.

Quiconque entrepend une analyse découvre des mots qui lui viennent alors qu'ils lui paraissaient inconnus de lui avant leur surgissement de sa bouche, cela s'appelle une levée de refoulement.

vendredi 8 janvier 2016

De l écriture avec Siri Hustvedt

Photo_editing_Cloud20150619.jpg

Siri Hustvedt dans Tout ce que j'aimais nous convie à saisir la survenue d'une brèche dans le discours courant. Dans ce texte cela se produit avec le retour d'un traumatisme. Comment comprendre cette effraction? Cette brèche n'est elle pas par ailleurs constitutive de la structure que le sujet inaugure?

Lire la suite

vendredi 18 décembre 2015

Burn out, Brûler de travailler ?

Que penser de la part singulière de névrose qui se manifeste dans les symptômes du burn out? Comment l'analyse permet-elle de faire surgir ce qui est structural et comment peut-elle amener au jour le désir qui est à l'oeuvre dans des rencontres professionnelles qui donnent lieu à cette spirale terrifiante ?

Lire la suite

mercredi 2 décembre 2015

Attentats et autres traumatismes

Vivre un attentat ou un autre traumatisme n'est pas sans effets sur le psychisme. L'effraction psychique vécue a tendance à se répéter reproduisant de cauchemars en réminiscences l'état initial tel que la victime l'a vécu. Que faire dès lors pour endiguer ce processus et permettre que la vie reprenne ses droits?

Lire la suite

mardi 24 novembre 2015

Formation et expérience

Formation

Titulaire d'un DESS de psychologie clinique de l'Université Denis Diderot à Paris VII Faculté de Jussieu

Lire la suite

jeudi 10 septembre 2015

Surdoués?

enfant.jpgDepuis quelques années les lieux de consultation pour enfant de type CMPP et les cabinets libéraux voient surgir de nouvelles demandes. Des parents demandent un rendez vous pour un enfant pour lequel quelqu'un a énoncé: c'est un surdoué!

Lire la suite

mardi 21 juillet 2015

Mustang de Deniz Gamze Ergüven des facettes du féminin au cinéma

Mustang est un film dont le titre tire sa métaphore de ces célèbres chevaux errant dans l'immensité des espaces américains On ne saurait ce qui est au point de départ du choix de ce titre, mais il est bienvenu compte tenu de ce que la réalisatrice y propose de contenu

Lire la suite

samedi 18 juillet 2015

Si l'on parlait d'amour? Point de vue psychanalytique

L'on voit régulièrement cette question de l'amour abordée de telle façon dans les espaces publics qu'elle laisserait supposer qu'il y a une possible saisie des questions se posant entre deux amants depuis une perspective qui leur serait extérieure. Interrogeons nous sur cela

Lire la suite

jeudi 16 juillet 2015

Le bourgeois gentilhomme, mis en scène par Denis Podalydès, un point de vue de psychanalyste

De qui? de quoi sommes nous les dupes?.

Lire la suite

vendredi 3 juillet 2015

L'éthique de la psychanalyse, séminaire VII de Jacques Lacan, à propos des attentats de janvier 2015

20150529_123818.jpg

[Les évènements surgissent et puis ils nous amènent à nous interroger sur ce qui aurait pu être autre. A l'aide du séminaire l'éthique, nous nous poserons cette question de ce qui est en jeu dans ce type d'actes que je qualifierai de suicidaires.

Lire la suite

dimanche 28 juin 2015

Mais de quoi donc souffrons nous?

«On parle de la douleur de vivre. Mais ce n’est pas vrai, c’est la douleur de ne pas vivre qu’il faut dire »

Lire la suite

vendredi 26 juin 2015

Que veut dire parler pour un psychanalyste?

« On parle de la douleur de vivre. Mais ce n’est pas vrai, c’est la douleur de ne pas vivre qu’il faut dire » écrit Albert Camus à son ami René Char, le 26 octobre 1951. Voilà qui est parlé. Dans cette lettre Albert Camus qui sait ce que signifie un lien qui vous porte, par sa simple parole renvoie le poète René Char à son propre désir.

Lire la suite

vendredi 29 mai 2015

La voix de Pierre Granier-Deferre, un surgissement d'un objet cause du désir

La voix est un film de Pierre Granier -Defferre réalisé d'après l'œuvre de l'écrivain Pierre Drieu la Rochelle, et sorti en salles en 1992, avec Nathalie Baye et Sami Frey. Il s'agit d'un moment de bascule dans l'histoire naissante d'un couple où est mis en scène la question du désir.

Lire la suite

mardi 26 mai 2015

A propos du deuil et de ses conséquences

20150524_130523_1_.jpg

20150524_130523_1_.jpgL'être humain a ceci de particulier qu’il est mortel et qu’il le sait. Il se voit perdre ceux en qui aimé ou haï il avait placé une part de lui même. Comment faire face à cette nécessaire épreuve à laquelle tout être humain est confronté, il est vrai dune façon parfois très brutale.

Lire la suite

lundi 25 mai 2015

Qu’est ce que les rêves et cauchemars viennent nous dire?

20150524_141644_

20150524_141644_Tous les humains passent par ce moment où l’on découvre qu’au cœur de notre sommeil quelque chose s’enclenche qui nous échappe intégralement. Pourquoi donc rêvons-nous? Pourquoi donc fabriquons- nous des cauchemars? Si Freud a découvert l’inconscient et l’importance du rêve dans l’accès à celui-ci, Lacan l’a défini comme structuré comme un langage. Comment le rêve peut –il nous permettre d’appréhender cela?

Lire la suite